VENDREDI 29 septembre, 20 h 30, médiathèque Toussus-le-Noble

Conférence

par Christophe BAILLAT

 

Qui connait Marcel Arland, l’oncle de Michael Lonsdale ? Très fidèle à ses paysages de la Haute-Marne, il joua un rôle essentiel dans la vie littéraire française, comme auteur, critique et directeur de la Nouvelle Revue Française jusqu’en 1977. De son bureau jusqu’à ses lieux de vacances, nous le suivrons pour découvrir celui qui avait la grâce d’écrire.

 

Marcel Arland fut professeur au Domaine du Montcel dont on annonce la prochaine réouverture. Pour que son souvenir y trouve sa place, Christophe Baillat mobilise des signatures et prépare un ABC Arland qu’il partagera avec le public de la Médiathèque de Toussus-le-Noble.

Merci encore pour cette conférence si intéressante. Nous avons tous découvert un personnage fort intéressant et important pour la vie littéraire française.

Maria du Souich, Responsable de la Médiathèque

 

Le fauteuil de Marcel Arland

Réception à l’Académie française en 1969.

 

 Si La Bruyère était aujourd’hui à ma place, chargé de répondre au discours de réception de Marcel Arland, probablement rappellerait-il que « l’on dépend des lieux pour l’humeur, la passion, le goût et les sentiments », or, la difficulté pour cerner celui qui occupera désormais le siège d’André Maurois, vient du fait qu’il a multiplié ses lieux de résidence tout en parvenant à y vivre suffisamment pour s’en inspirer dans son œuvre. 

 

Un grand Merci à l'artiste Juliette Serra

 

Texte intégral en cliquant

Ayant répondu à l'invitation de l'association des familles, j'ai participé avec une vingtaine de personnes au premier cercle de lecteurs de la Médiathèque de Jouy-en-Josas. 

 

Une première très réussie !

 

Au menu des discussions, animées par Monique Lagoutte, "Je vous écris de Téhéran", "L'Arabe du futur"... j'y ai présenté un livre de marcheur, "En route vers Chartres" de Pierre-Yves Le Priol. Lire la chronique de ce livre

  

  Conférence de rentrée à la Médiathèque de Toussus-le-Noble

à l'invitation de Maria Du Souich

 

Restitution d’un pèlerinage

en Terre Sainte 

 

Christophe Baillat & Alain Flet

 

   Vendredi 30 septembre 2016

 

"Merci, Christophe, à tous les deux, c’était une soirée très réussie. Bien sûr, nous l’avons commentée et nous sommes très impressionnés par vos connaissances de la religion juive."

 

  Illustration de Pierre Leroy

Le Prix littéraire des écoles est né ! La participation au jury fut une belle aventure.

 

 

Cette photo de Frédérique Daval  pourrait illustrer le bonheur au travail...

 

              Partenariat Dessin 



Père et fille partagent la même passion

Au collège Pierre Brossolette de Chatenay-Malabry, présentation de Nadar & Hugo. Rencontre initiée par le professeur  documentaliste  Bénédicte Koudry-Lahlali et le Pr de  Français Anne-Françoise Pinchault
Au collège Pierre Brossolette de Chatenay-Malabry, présentation de Nadar & Hugo. Rencontre initiée par le professeur documentaliste Bénédicte Koudry-Lahlali et le Pr de Français Anne-Françoise Pinchault

Je remercie Marie-Pierre Daninos et Jenny Pickman qui m’aident dans les traductions des textes en anglais (they brush them up) que je suis heureux de partager avec les lecteurs de monSaclay. Coup de chapeau à Stan qui a créé ce blog. Stanislas Berteloot porte-voix de la « tribu de Saclay » quittera Saclay pour les U.S.A en 2015. Il a à coeur que son bébé grandisse. Voilà pourquoi je vous invite à visiter ce blog auquel je contribue régulièrement.

Ecrire une biographie d'entreprise, Marie-Hélène Mahé, elle-même rédactrice, a eu la bonne idée de m'interroger sur le sujet.Extraits : "Pour conter cette aventure, le biographe d’entreprise traite l’histoire sous un angle nouveau. Il révèle la richesse née de l’association des compétences humaines à celles de la technique et le lien noué avec ses clients. Voire avec ses fans, depuis l’arrivée des réseaux sociaux. Je vous invite à lire le témoignage d’un biographe d’entreprise, Christophe Baillat ; un auteur qui trouve les mots et transcrit les connections, pour bâtir un récit sur des faits réels et qui sait toucher un public ciblé."

 

Le lien vous emmène sur son site pour y lire la suite de l'interview 

Olivier Pasquiers, photographe, membre du collectif le bar Floréal photographie, rentre d’un reportage à NDjaména (Tchad). Il revient sur son métier et les rapports entre écrit et image

 

C.B - Quelle est votre expérience de photographe ?

OP - Je suis photographe depuis 1996, si je prends en compte le début du premier travail un peu important mené avec l'association des Paralysés de France qui donna lieu, quelques années après, à ma première exposition dans le cadre du Mois de la Photo à Paris - nov 1990

 

CB - Quel est votre regard sur les évolutions du métier, compte-tenu de la technologie, maintenant, nous sommes tous photographes ?

OP - Toutes les commandes de communication, de reportages soit pour la presse, soit pour des supports de communication (journaux d'entreprise, sites internet...) se font maintenant en couleur numérique, et c'est très bien. Parfois des commandes plus "culturelles" (ou à cheval entre un but de communication et l'envie d'une création artistique peuvent encore être proposées en argentique soit couleur... et de temps en temps (de plus en plus ?) en noir et blanc. Techniquement tout peut se faire en numérique (tout est de toute façon numérisé-il suffit de faire faire des scans si besoin-) il n'en reste pas moins que le rapport au monde et/ou aux autres n'est pas forcément le même en fonction des choix de formats, d'appareils... Quant au fait "tous photographes" ... reste à savoir si la commande nécessite "un certain regard"... parfois non... d'autre fois ce serait mieux !

 

CB - Quel est votre angle ?

OP - Comme photographe professionnel je fais des choses très variées, il n'en reste pas moins que j'ai beaucoup de plaisir à aller photographier les gens accompagnés ou non de paysages... au travail, sans travail... chez eux, dans la ville ... c'est selon - de nombreux exemples sont visibles sur mon site internet - et une vingtaine de livres témoignent de ces réalisations.

CB - Ecrit et image s’apportent mutuellement quelque chose. Comment envisagez-vous la collaboration entre auteur & photographe ?

OP- Je travaille très souvent en collaboration avec des gens qui écrivent (soit parce que c'est leur métier (journaliste, écrivains...), soit avec des animateurs d'ateliers d'écriture - pour mettre des mots en regard de photographies, soit en notant moi-même des histoires, des courts témoignages...

 

CB - Aspect juridique, cession du droit d’auteur, pour quelle durée ? 

OP - Je crois que ça dépend beaucoup du "client"... et de ses demandes. Et bien sûr aussi du sujet de la commande... il y a des photographies qui ne peuvent être utilisées sans que le photographe en valide l'usage (VIH Sida, Sans domicile Fixe... par exemple) d'autres qui peuvent intégrer la photothèque d'un organisme, d'une entreprise... et qui peuvent être utilisées en fonction du contrat passé (5 ans, plus... c'est selon)

 

 

Plus d’information sur le site www.pasquiers.com

 

 

Correcteur :

Marie-Hélène Mahé est correcteur certifié depuis 2013.  Spécialisée en communication d’entreprise, sa prestation de relecteur-correcteur vous garantit ; la lisibilité des textes que vous concevez, leur parfaite compréhension et vous crédibilise auprès de vos lecteurs. 
Egalement rédacteur web et éditorial, elle réalise la réécriture stylistique de tous supports de communication.

 

 En savoir plus : La contacter pour lui parler de votre projet : contact@maheredacteurcorrecteur.fr