Bernard Quiriny a raison, le livre est la raison de vivre de Christian Estèbe

 …et ses différents métiers l’attestent.

 

Dans Le petit livre de septembre, Christian Estèbe ne cache pas ses difficultés pour parvenir à se tenir debout dans la vie, il expose ses blessures depuis son enfance de cancre et le métier d’écrivain qu’il s’est choisi. Quels revers de fortune l’ont amené à chercher secours auprès de l’ANPE ? Pudiquement, il ne le dit pas. Mais on le devine, authentiquement artiste dans l’âme, Christian Estèbe n’a pas dû transiger beaucoup si d’aventure on lui a demandé de courber un peu l’échine. Cette pente ne l’intéresse pas. Ce pli-là, pas question qu’il le prenne, dût-il en souffrir. Et il en souffre mais il accepte, c’est le prix à payer. Ce qui lui importe, c’est de pouvoir poursuivre sa route d’écrivain. Il va s’y employer au Centre de documentation (CDI) d’un collège de Caussade (Tarn-et-Garonne) _ Je voudrais saluer l’agent de l’ANPE qui a conclu le contrat aidé, un Contrat Emploi Solidarité réservé aux chômeurs de longue durée, pour le compte de l’Education Nationale ; l’employeur n’a été qu’à demi-satisfait, mais l’auteur y a trouvé une résidence d’écriture à sa mesure.

Calendrier des Vacances, de la Toussaint, de Noël, d’hiver, de Pâques puis des Grandes et c’est la fin. C’est la table des matières. Béni soit le calendrier scolaire, une année rythmée pour écrire. Le cycle aurait pu reprendre, après tout, le collège l’avait formé, enfin, il avait essayé de le faire rentrer dans le moule, de lui inculquer l’importance de la discipline, de l’autorité. Christian Estèbe ne sera pas repris en septembre. C’est la dernière fois qu’il entend la cloche sonner. Sa conscience lui dicte de suivre sa ligne de vie.

 

Dans sa tête si ce n’est encore sur le papier, son prochain livre est prêt. Il y racontera ces enfants mis sur une voie de garage, déjà sur la pente de la dégringolade sociale, dans lesquels il s’est reconnu, qui lui ont apporté beaucoup. Tout autant qu’il a fait en sorte de leur être utile en les ouvrant à la lecture. Si les élèves entrent au CDI un peu rétifs, ils reviennent lui dire _ Monsieur, le livre que vous m’avez fait lire, eh bien, il m’a fait pleurer. Ou _ Moi aussi, Monsieur, j’aime le livre que je lis ! C’est que l’apprenti-aide-bibliothécaire Christian Estèbe a plus d’un auteur dans son sac. N’a-t-il pas été libraire à Paris, bouquiniste, représentant pour des maisons d’édition ? Fidèle à son instituteur- le seul sans la blouse - qui l’avait prévenu : « le savoir c’est la liberté de choisir sa vie, de ne pas rester esclave de son destin. », il a choisi de vivre parmi les livres.

 

Le petit livre de septembre a été publié en 2008. J’ai connu son auteur à l’occasion d’une lecture-concert, organisée à Jouy-en-Josas chez Bertrand Runtz en 2007 par l’association Paroles d’encre. Tous les deux ont le même éditeur bordelais : finitude avec un petit f. Christian Estèbe a également écrit un savoureux Petit exercice d’admiration sur une vie d’écrivain, cela va sans dire. Pourquoi toujours petit ?

 

 

                                                                                                Christophe Baillat

DANS LE NOIR ?

La folle histoire de l’entrepreneur

qui appuya sur le bouton

 

Il n’y avait pas de sujet handicap ou plutôt, la question semblait réglée, avec le monde associatif au centre, les règlementations anti-discrimination qui progressent, les Missions Handicap des grandes entreprises et en novembre, la semaine nationale. Il y avait même une place pour les personnes les plus vulnérables qui pouvaient travailler dans des établissements protégés (ESAT). Chez Gibert Joseph à Versailles, dans un bac au rayon Economie, ma main a longuement hésité entre Florence Noiville « J’ai fait HEC je m’en excuse », Gaspard Koenig « Les aventuriers de la liberté », Yvon Gattaz « L’entreprise et les jeunes »…avant de prendre DANS LE NOIR ? à cause de sa couverture d’un noir d’encre.

Ce livre, cette business story racontée par Edouard de Broglie, apporte un souffle nouveau « handi-bénéfique » avec un trait d’union qui fait sa force.

 

Tour du monde des coopérations entre valides et non-valides

Une première vie passée chez les grands noms du marketing apporte à Edouard de Broglie la créativité. Prenant ensuite un virage professionnel, il ne l’abandonne pas en route. Recherchant une idée de business, il tombe sur un restaurant dans le noir où des guides-serveurs non-voyants viennent en aide aux clients voyants. Après plusieurs learning expeditions pour se frotter au concept que d’autres ont imaginé avant lui, Edouard de Broglie doit convaincre en France: les associations d’aveugles de coopérer, l’Agence pour l’emploi (ANPE) de trouver des candidats…

Les médias adooorent. « Le Press Book est intransportable » ironise Edouard de Broglie. Il sème aux quatre vents, Londres, Barcelone, New-York, du Novotel de Varsovie au Pullman de Bangkok …les lumières s’éteignent.

 

Approche handi-productive

 

Le Groupe Ethik Investment, qu’Edouard de Broglie préside, joue- comme son nom l’indique -sur la responsabilité sociale des entreprises en leur donnant des outils clé en main avec en plus, la touche innovation sociale, « la dimension magique et relaxante de ces expériences de la sensorialité ». Chez Starbuck, Louis Vuitton ou La Poste, la Division évènementielle du Groupe pose ses valises. Pas étonnant qu’Edouard de Broglie – et son équipe mixte composée d’handicapés et de valides - avoue avoir été fatigué par ces dix années de lancement de la marque qu’il a créée, sans compter les produits dérivés Ethik project, Ethik Management, Ethik connection....

« Après dix années d’efforts, ce livre [Dans le Noir ?] et les rencontres qu’il va générer sont aussi le moyen de reprendre notre souffle et de retrouver l’énergie qui a irrigué [cette période] ».

 

L’auteur-entrepreneur Edouard de Broglie se bat tout au long du livre pour placer son « entreprise socialement innovante » _ une forme d’économie socialement inspirée mais hors secteur subventionné _ comme une pionnière.

 

Le livre DANS LE NOIR ? se lit aussi comme le Livre d’or de l’entreprise, dans lequel les principaux dirigeants et collaborateurs ont écrit un mot. Le publicitaire Etienne Boisrond a cette formule : « On ne sait plus si c’est un laboratoire qui est devenu une entreprise ou une entreprise qui est devenue un laboratoire. Au fond, quelle importance ? »Ce Livre d’or est ouvert, avis aux opérateurs économiques, aux écoles, aux centres de recherche...

                                                                 C.B

                                           cbaillat@orange.fr

Haut epasta Bas Allavoine Pépinières
Haut epasta Bas Allavoine Pépinières

 

 

 

 

Auteur, je suis membre du Club des Entrepreneurs de Jouy-en-Josas et de la vallée de la Bièvre.

 

C’est à ce titre que j’ai réalisé les portraits de Milena Maselli (epasta) et Olivier Silhol, consultant (Courte échelle).


Mais au fait, qu'est-ce qu'un entrepreneur ?

Je réponds dans une vidéo


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M-H.M. Y a-t-il une similitude entre une biographie personnelle et une biographie d’entreprise ? 
Ch.B. Une biographie d’entreprise, c’est la rencontre d’une entreprise qui a la volonté de transmettre son histoire et d’un auteur qui s’engage à l’écrire. Dans les deux cas, bio personnelle et bio d’entreprise, on part d’un fil rouge et on dévide la pelote, par « apports mutuels ». L’image d’une entreprise fait partie de son patrimoine immatériel.

M-H.M. Quel est le profil d’une entreprise qui vous sollicite ?
Ch.B.
 Une entreprise qui a déjà vécu, qui a des choses à raconter, qui veut prendre date et se positionner pour l’avenir « au chapitre du futur » en expliquant ses valeurs, son origine… 

 

Vous venez de lire un extrait de l'interview sur la biographie d'entreprise, la suite est à découvrir dans la rubrique partenariat.

Découvrez le 1er portrait réalisé pour le Club des Entrepreneurs de Jouy-en-Josas.

 

La vie d’Olivier Silhol est un joyeux mélange. A la fois consultant et au service du Jazz Festival de Versailles, il enseigne à HEC et à Polytechnique. 

Toutes Les Nouvelles